top of page
Rechercher
  • PCF 63

Expression de Cyril CINEUX au conseil syndical du SMTC - 1er Déc 2022

Je suis de ceux qui sont convaincus qu’une des barrières les plus importantes à l’usage des transports en commun, c’est la question du coût pour les usagers. Je crois que c’est une dimension partagée, à des degrés divers, par cette assemblée qui a mis en place la tarification solidaire et qui ne l’a jamais remise en cause.


Mais plus que cela, je pense que l’avenir des transports en commun, l’avenir de nos villes, de nos Métropole passe par le renforcement des transports collectifs et par leur liberté d’accès, c’est-à-dire par la gratuité des transports pour les usagers.


Pour faire face au dérèglement climatique, pour faire face à l'augmentation du nombre de voitures en circulation, pour pouvoir continuer à vivre dans des aires urbaines de plus en plus marquées par le réchauffement climatique et pour pouvoir continuer à nous déplacer, je suis convaincu que la gratuité des transports est une solution majeure. Mesure écologique, social, économique en renforçant en attractivité des centres-villes, c’est aussi une mesure urbaine permettant de repenser la ville. En offrant un moyen de transport efficace, confortable et gratuit, on peut limiter l’usage et la place de la voiture et repenser ainsi nos villes.


En cohérence, je ne peux donc pas voter cette augmentation de tarifs.


Je ne peux la voter parce que je suis favorable à la gratuité des transports mais également parce que nous sommes dans une crise sociale où tout augmente : l’inflation est à plus de 5 % sur l’année avec des produits de première nécessité qui culminent à plus de 20 % d’augmentation.


Nous ne sommes pas dans une bulle ici. Quand nous évoquons les questions de sécurité à T2C, les chauffeurs ont l’habitude de dire qu’il transporte une mini société ou encore que leur bus est à l’image de la société. Ainsi, nous ne pouvons pas ne pas regarder ce qui se passe ailleurs et toutes les difficultés que rencontre une grande partie de nos concitoyens.


Alors, certes pour les plus en difficultés, nous avons la tarification sociale et c’est essentiel. Je salue d’ailleurs l’effort pour préserver les deux premières tranches de la tarification solidaire. Mais il faut aussi avoir en tête qu’en moyenne, le taux de non recours se situe autour de 30 %. 30 % de gens en situation difficile qui ne demandent pas les aides auxquelles ils peuvent prétendre. C’est aussi pour cela que je suis un partisan de la gratuité des transports.


Avec cette augmentation qui se cumule avec d’autres, nous risquons d’avoir des gens pour qui le coût du transport devient tellement important que cela peut les conduire à déserter les transports en commun.


En Île-de-France, avec l’augmentation prévue du pass Navigo, sans commune mesure avec la proposition d’augmentation qui nous est faite ici, de l’aveu même du directeur général d’IDF mobilités, les prévisions de perte d’abonnés sont estimées entre 30 000 et 40 000. En complément de ça, on peut imaginer que la fraude augmentera et que certains usagers limiteront drastiquement leurs déplacements.


En cette période où toutes les finances sont tendues, nous avons besoin de fixer des priorités et pour moi, le développement des transports en commun en est une. C’est un débat que nous devrions avoir avec la métropole.


Nous avons aussi besoin, comme a pu le faire le président du SMTC, d’interpeller les parlementaires et le gouvernement.


Aujourd’hui les collectivités territoriales, les autorités organisatrices des transports, pour réussir la transition écologique ont besoin du soutien financier de l’État. Le gouvernement pourrait décider d’arrêter d’arroser là où c’est déjà mouillé, décider d’arrêter de donner sans contrepartie des milliards d’euros aux plus grandes entreprises et aux plus grandes fortunes et enfin investir dans l’amélioration de la vie quotidienne de nos concitoyens.


Cyril CINEUX

Vice Président au SMTC

Adjoint communiste aux transports à Clermont-Ferrand

Vice Président à Clermont Auvergne Métropole






3 vues0 commentaire
bottom of page