Rechercher
  • PCF 63

Extraction du Lithium : 40 ans plus tard, une réalité ?

Plus de 40 ans après, le projet d'une mine de lithium à Echassières (commune de l'Allier limitrophe au Puy-de-Dôme) ressurgit.


Au début des années 80, c'est sous l'impulsion des communistes et notamment du député André LAJOINIE, que l'idée fait son chemin. Avec un rassemblement de 500 personnes, le 13 décembre 1980 à Echassières.


Une idée qui s'insère dans une vision globale de développement de notre industrie locale puisqu'à l'époque le lithium est envisagé comme composé alternatif des alliages utilisés dans l'aéronautique afin de construire des avions plus légers.


Ainsi, sous l'impulsion du PCF et de l'ADECR sans oublier la CGT, une manifestation importante avait été organisée en 1987 à Issoire pour interpeller les pouvoirs publics et les acteurs économiques sur l'importance de ce projet face au déclin industriel de la France.


40 ans plus tard, ce projet de mine de lithium revient sur le devant de la scène et pour cause !


Avec l'évolution technologique de ces dernières décennies, le lithium est désormais un minerai stratégique, indispensable pour la confection de téléphone portable, de matériel informatique ou de batteries électriques, destinées par exemple à équiper les voitures de demain. Un matériau précieux, importé d’Amérique du Sud, d’Australie et de Chine.


Le groupe Imerys a très récemment confirmé sa volonté d'exploiter en souterrain, à l'horizon 2027/2028, le site se situant sur la commune d'Echassières et alentours. Un million de tonnes pourrait être extrait chaque année, dégageant 34 000 tonnes de lithium. De quoi équiper en batterie l'équivalent de 700 000 voitures.


1000 emplois directs et indirects sont annoncés. Car au site d'extraction, s'ajoutera un site de traitement qui doit se situer dans un rayon de moins de 100km.


Une fois de plus, les communistes auront été en avance sur leur temps et la perspective d'une mine de lithium au cœur des Combrailles apparaît comme une belle opportunité de redynamiser économiquement et socialement un territoire durement touché par la désindustrialisation.


Pour autant, les communistes ont sans nul doute un travail d'analyse, de prospection et de proposition à réaliser afin que les exigences démocratiques, sociales et environnementales soient pleinement prises en compte et ne constituent pas une variable d'ajustement pour le groupe Imerys qui ne s'intéresse pas au site d'Echassières par philanthropie mais plutôt pour s'engouffrer dans une filière à forte valeur ajoutée qui peut dégager une forte rentabilité.


C'est pourquoi la réflexion et la mobilisation des communistes sera précieuse afin d'obtenir:

_ la création d'un maximum d'emplois avec un statut de haut niveau

_ la relance des services publics, notamment pour le rail qui sera un atout primordial pour le transport de minerai par exemple à partir de la gare de Lapeyrouse

_ une gestion optimum de la ressource en eau pour une activité minière qui en est gourmande

_ le contrôle strict des procédés d'extraction et de traitement du minerai afin d'éviter un impact néfaste pour la nature et les hommes.


En ce sens, la Fédération PCF du Puy de Dôme va multiplier les contacts pour fédérer toutes les forces vives sur ces objectifs d'intérêt général.


Michel BEURIER

Section Fondras-Menat





0 vue0 commentaire