top of page
Rechercher
  • PCF 63

MICHELIN : 451 suppressions d’emplois récompensées par 200 000€ du conseil régional

Le 30 novembre, le groupe Michelin a laissé filtrer la 3ème vague de son plan « de simplification et de compétitivité », une jolie tournure linguistique pour, au final, se traduire par la destruction de 451 emplois en 2023 en France, dans notre région il s’agit de 313 postes à Clermont-Fd et 25 au Puy-en-Velay. Cette décision qui doit être officialisée le 6 décembre en Comité social et économique central (CSEC) est une provocation à quelques jours des fêtes de fin d’année. Si le groupe annonce dans le même temps la création de 318 postes en France, en revanche les emplois détruits sont essentiellement le fruit de délocalisations d’activités tertiaires en Roumanie.


Depuis le début de ce « plan », il y a 3 ans, 1600 postes ont été supprimés. Et pendant ce temps-là, les collectivités et l’Etat continuent de verser l’argent public à ce groupe. Pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont 200 000€ de subvention pour le site de Haute Loire qui ont présentés aujourd’hui en commission économique pour être soumise au vote de la commission permanente régionale le 16 déc. 2022. Il faut noter que cette subvention, se ferait par dérogation à l’obligation de maintien de l’emploi prévu par le règlement du dispositif de relocalisation. Une nouvelle occasion pour notre groupe de revendiquer la mise en œuvre de conditionnalité des aides économiques sur des critères sociaux et environnementaux. L’argent public ne peut continuer à être versé aveuglément quand les stratégies économiques et financières des entreprises jouent contre les salariés et les territoires de notre région.


Nous partageons l’inquiétude des salariés et de leurs organisations syndicales qui constatent que « Michelin, comme les autres grandes entreprises françaises, perçoit de nombreuses aides publiques destinées au maintien et au développement de l’emploi, des exonérations de cotisations sociales sur les plus bas salaires (jusqu’à 1,6 Smic), le crédit impôts/Recherche, l’activité partielle ainsi que de très nombreuses aides locales et régionales. Force est de constater que cette manne publique, issue des impôts payés par chaque citoyen, n’a pas d’effet positif sur l’emploi chez Michelin.


Michelin et les autres grandes entreprises françaises captent 30% du budget de l’Etat … ». Dans le même temps, le groupe a publié de bons résultats au 3ème trimestre avec un chiffre d’affaires en forte hausse pour les 9 premiers mois de l’année 2022 et des prévisions de résultat financier en hausse de 8% pour l’ensemble de l’année. L’entreprise se porte très bien financièrement, les actionnaires se sont d’ailleurs partagés cette année plus de 800 millions d’euros de dividendes.


Boris Bouchet,

Conseiller régional Auvergne-Rhône Alpes






1 vue0 commentaire
bottom of page