Rechercher
  • PCF 63

Projet de microcentrale hydroélectrique privée à Ebreuil (03) et St Quintin sur Sioule (63)

Les questions énergétiques sont plus que jamais au cœur des enjeux de société et de civilisation. La crise écologique majeure que traverse notre planète pose cette question de manière nouvelle et aiguë. Ainsi, le projet de microcentrale hydroélectrique privée à Ebreuil (03) et St Quintin sur Sioule (63) nous interpelle à plus d’un titre.

Si le développement des énergies décarbonnées dont l’hydroélectricité est une réponse plus qu’évidente et nécessaire face aux défis climatiques, les centrales hydrauliques ne peuvent être transformées en outil de marchés déconnectés des réalités (gestion de l’eau, pics de demandes énergétiques, …). La production hydraulique n’a de sens que dans le cadre d’une gestion globale, optimisée et sous maîtrise publique.


Démultiplier les micro-centrales privées dont la visée est uniquement la rentabilité immédiate, est contraire à la bonne gestion de ces ressources naturelles et renouvelables. En effet, la petite hydro-électricité ne constitue pas aujourd’hui un enjeu d’avenir contrairement à l’optimisation de la production et de l’amélioration de de la grande hydroélectricité.


C’est pourquoi, nous portons une autre voie que celle de la rentabilité.


Si nous ne contestons pas la nécessité d’un renforcement des énergies renouvelables dans un mix-énergétique, et sommes favorables à des solutions individuelles (maison, gymnase, …), le développement de parc d’énergies renouvelables et de micro-centrales oblige EDF à intégrer dans son réseau de distribution les KWh d’EnR produits, en les rachetant à des tarifs très élevés.


Pour absorber cette charge, il a été créé une taxe, la CSPE (contribution au service public de l’électricité), qui alourdit nos factures. La Cour des comptes a chiffré à 7Mds € par an le montant qui sera versé aux opérateurs EnR, majoritairement privés, soit une charge considérable pour les usagers, mais aussi pour EDF.


Dans ce contexte, le développement des ENR (Energies Nouvelles Réparties) et de micro centrales hydrauliques sous couvert de répondre aux enjeux climatiques servent en réalité au démantèlement du service public national solidaire, avec sa péréquation tarifaire et son tarif réglementé.


Par ailleurs, l’absence de démarche participative en lien avec les acteurs locaux et en premier lieu les élu.e.s et les habitant.e.s nous interroge sur la méthode et la conduite d’un tel projet comme ses impacts sur la biodiversité, l’environnement et les activités de loisirs (pêche, canoé-kayak, etc. ...).


Il est clair que le développement des énergies renouvelables décarbonnées est indispensable, mais l’intervention de l’Etat et des collectivités doit être différente selon qu’il s’agisse de moyens pour l’autoconsommation ou de moyens de production reliés au réseau national.


Ainsi, la Fédération PCF du Puy-de Dôme, ses élu.e.s et ses militant.e.s, apportent leur soutien au collectif contre la micro centrale hydroélectrique d’Ebreuil.


Lien pétition :

https://www.change.org/p/non-a-la-microcentrale-hydroelectrique-d-ebreuil


Audrey LAURENT

Section de Riom




1 vue0 commentaire