Rechercher
  • PCF 63

QUICK Aubière : Fin du 2nd Round… Achraf, militant CGT, est réintégré !

Début Février 2022, plusieurs salarié-es des 2 restaurants Quick du département contactent la CGT Commerce pour faire part des problèmes rencontrés : conditions de travail déplorables, modifications des plannings à la dernière minute, absence de représentant du personnel, salaires microscopiques, rabaissement, mépris… Et la liste est loin d’être exhaustive !


Le syndicat réunit les salarié-es, une section syndicale CGT se créée et une rencontre avec l’inspection du travail est organisée. Le 23 février, Achraf, syndiqué à la CGT et salarié sans histoire depuis janvier 2019, demande la mise en place d’élections des représentants du personnel et fait acte de candidature. En réponse immédiate, le 24 février, le gérant lui notifie une mise à pied conservatoire sur le champ… comme par hasard ! On lui reproche que ces heures de travail effectuées ne respectent pas les plannings ! Quel culot surtout quand le responsable de salle (ndlr : il s’agit d’un auto-entrepreneur) impose oralement les changements d’horaire pendant le temps de travail sans apporter de modification sur les plannings. Mais l’inspectrice du travail ne s’y est pas trompée et a tout naturellement refusé l’autorisation de licenciement le 1er avril. Mais c’était sans compter sur l’acharnement antisyndical du patron car 2 jours seulement après sa reprise au travail, nouvelle mise à pied conservatoire avec entretien préalable au 30 avril !!!


Nous étions nombreux samedi 30 avril, jour du second entretien préalable, à venir soutenir notre camarade sur le parking du restaurant d’Aubière. Et c’est sans aucun doute cette solidarité et la détermination affichée qui a contraint l’employeur de réviser sa copie… En effet, 8 jours après l’entretien, la direction informe Achraf de l’abandon de la procédure disciplinaire et l’invite à reprendre le travail.


A ce jour, la direction Quick d’Aubière n’a toujours pas convoqué les organisations syndicales pour négocier le protocole d’accord pré-électoral mais a adressé un courrier à la CGT pour dire que les élections auraient lieu le vendredi 29 avril 2022. Puis un second courrier début avril pour annoncer qu’un PV de carence avait été rédigé… 3 semaines avant le 1er tour ! Du jamais vu ! Le syndicat a alors saisi le tribunal judiciaire dans le cadre du contentieux électoral. Date de l’audience : Vendredi 20 juin à 10h. Sachant que le syndicat a dû saisir le conseil de Prudhomme en référé pour exiger le paiement des salaires depuis le 1er jour de la mise à pied et a fait condamner le voyou en col blanc à des dommages et intérêts pour résistance abusive.


Tout cela relève d’une pantalonnade sans nom. La direction s’est crue au-dessus des lois.


Notre camarade tient à remercier toutes les personnes qui se sont mobilisées pour le soutenir et par là-même défendre l’activité syndicale dans son ensemble.


Christophe BOUCHEIX

Section PCF de Clermont-Fd




3 vues0 commentaire