Rechercher
  • PCF 63

BUDGET 2022 - Ville de Riom

A l’occasion du vote du budget 2022 de la ville de Riom, Boris BOUCHET, Nathalie NIORT et Audrey LAURENT ont soumis 4 propositions au Conseil Municipal. Le but de ces propositions est de réduire les inégalités qui malheureusement s’aggravent sur notre territoire comme partout dans le pays. Il s’agit de répondre aux enjeux sanitaires, sociaux, culturels, économiques et d’amélioration du cadre de vie dans la période que nous traversons : Doublement du Fond d’Initiatives Scolaires (FIS) pour soutenir les actions pédagogiques / Développer le soutien à la culture et à l’économie de proximité / Détecteurs de CO2 dans les écoles / Création d’ une brigade de médiation pour la sécurité et la tranquilité publique.


1 - Doublement du Fond d’Initiatives Scolaires (FIS) de 5000 à 10 000€


Le Fonds d’Initiatives Scolaires (FIS) est destiné à soutenir le financement des sorties pédagogiques portées par les équipes éducatives. Depuis longtemps, nous pointons la nécessité d’augmenter ce fonds qui permet aux enfants de nos écoles de sortir des murs de leurs établissements scolaires afin de découvrir le monde dans une visée d’apprentissage. Si la majorité municipale, suite à nos interventions répétées a d’ailleurs consenti à augmenter ce fonds de 1000 € lors du dernier budget, elle a cependant choisi d’amputer ce fonds de 2000 € en faisant supporter sur celui-ci le financement de masques pour les enfants durant l’année scolaire 2020-2022. Nous avons contesté ce choix, si des masques devaient être financés par la collectivité, c’était une erreur de prendre ce financement sur ce FIS. Il faut ajouter que les conséquences de la crise sanitaire ont durement impacté la vie des écoliers tant dans le cadre scolaire (confinement, fermetures de classes ou d’écoles, annulation de projets pédagogiques, …) que dans le cadre familial (contraction du pouvoir d’achat des parents, sorties limitées, isolement, …). En doublant le FIS nous redonnerons de l’oxygène aux équipes éducatives, à leur créativité, au développement de projets ambitieux sans affecter le budget des foyers dans l’intérêt des 1900 écoliers de notre commune.

PROPOSITION REJETEE


2 - Détecteurs de CO2 dans les écoles


De nombreuses études montrent que la concentration en particules fines, dans les établissements scolaires, dépasse les seuils recommandés par l’Organisation mondiale de la santé. Cette pollution peut poser des problèmes respiratoires aux enfants et aux personnels qui étudient et travaillent au sein de ces établissements, et favoriser la propagation de la Covid 19. Nous proposons que notre commune se dote de détecteurs de dioxyde de carbone dans nos écoles. Ce type d’installation se répand petit à petit dans les écoles de France et de plus en plus de communes font le choix d’investir dans des capteurs de CO2. L’objectif est de permettre une meilleure circulation de l’air et ainsi réduire les risques de contamination au Covid-19 dans des espaces clos. Lorsqu'un boîtier détecte un niveau trop élevé de CO2, un petit voyant rouge indique un manque d'aération et, en conséquence, un risque accru de transmission du virus. Il ne reste donc plus qu'à générer un flux d'air en ouvrant portes et fenêtres pendant quelques minutes pour disperser les fameux aérosols que nous émettons quand nous respirons et parlons. Lorsque la qualité de l'air s'améliore suffisamment, le voyant repasse alors au vert. Le coût pour une cinquantaine de capteurs se chiffrerait à 10 000 €, au moment où la vie de nos écoliers devient des plus complexe, que les personnels sont sous la pression de protocoles changeants incessamment et que les parents d’élèves doivent jongler avec les fermetures de classes et les tests de leurs enfants, nous pensons que notre commune se doit d’être proactive en participant à sa mesure à un retour de la sérénité et de la sécurité sanitaire dans les établissements dont elle a la charge. PROPOSITION ACCEPTEE


3 - Développer le soutien à la culture et à l’économie de proximité


Nous pensons que la création artistique et sa diffusion de proximité constituent des objectifs de premier plan pour le développement de la culture et son accès par l’ensemble de notre population. Le GIP Cafés Cultures est un dispositif qui permet aux cafés, bars et restaurants de salarier des artistes et techniciens dans de meilleures conditions, grâce au soutien des Collectivités Territoriales et du Ministère de la Culture. Le GIP Cafés Cultures gère un fonds d’aide destiné à favoriser l’emploi artistique dans les cafés et restaurants. Ce dispositif permet un bon règlement des cotisations sociales qui conditionne le versement de l'aide à l'emploi artistique aux employeurs. Cette interopérabilité garantit ainsi l'objectif de pérenniser les professions du spectacle vivant. Les bars, cafés, restaurants participent au développement social, culturel et commercial et plus généralement à la vie urbaine de la ville en accueillant des artistes et en offrant de la culture de proximité, au pied de chez soi. En s’engageant à hauteur de 5000 €, Riom pourrait ainsi se doter d'un outil qui permettrait d'accompagner les gérants de bars et les restaurateurs riomois dans la programmation de concerts et autres spectacles vivants au sein de leurs établissements, de soutenir les pratiques culturelles et de développer l’attractivité de son territoire. Cette adhésion viserait ainsi à favoriser l'emploi local dans ce domaine si important pour le dynamisme et le rayonnement de notre ville.

PROPOSITION REJETEE


4 - Création d’ une brigade de médiation pour la sécurité et la tranquillité publique


La sécurité est une préoccupation légitime de nos concitoyens, qu’il s’agisse de délits graves ou d’incivilités le droit à la tranquillité publique doit être assuré. A ce sujet, les responsabilités de chacun doivent être assumées et mises en œuvre. Ainsi, l’Etat doit assurer ses missions régaliennes. La municipalité de Riom après avoir investie massivement dans des caméras de vidéo-surveillance fait aujourd’hui le choix d’armer la police municipale avec des Pistolets à Impulsion électrique (Taser). Nous considérons que cet engagement des municipalités comme la nôtre en recourant à de tels dispositifs est une fuite en avant qui ne permet pas d’agir concrètement et efficacement. Tout en exigeant que l’Etat dote suffisamment notre territoire de moyens humains garantissant la sécurité des biens et des personnes, nous souhaitons jouer la carte de la prévention et du dialogue dans la politique de sécurité de notre commune. A l’image de la création de la brigade verte chargée de lutter contre les incivilités liées aux ordures ménagères, nous pensons nécessaire de créer une équipe de médiation rattachée à la police municipale afin d’assurer une veille sociale auprès des plus fragiles, une veille technique pour signaler les dysfonctionnements (voitures ventouses, éclairages, …) et chargée de gérer les conflits mineurs (bruits, incivilités, …). Par ce choix, il s’agit de miser sur l’humain et une efficacité concrète à l’inverse d’un choix d’affichage et de communication qui détourne la responsabilité de l’Etat et son abandon d’une police de proximité et qui pénalisent les finances des collectivités.

PROPOSITION REJETEE






7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout